Akasa Air commande 150 jets 737 Max

Le transporteur indien Akasa Air a commandé 150 Boeing 737 Max, ce qui représente pour Boeing son premier engagement majeur dans ce type quelques semaines après l’explosion d’un bouchon de porte.

La commande, annoncée le 18 janvier lors du salon aéronautique Wings India à Hyderabad, comprend des Max 10 et des Max 8-200 ; les livraisons s’étaleront jusqu’en 2032, précise l’opérateur low-cost.

Le chef de la compagnie aérienne, Vinay Dube, a déclaré que le nouvel avion « renforcera la force de nos opérations » alors qu’Akasa – le plus récent opérateur du pays – se prépare à démarrer des services internationaux « dans un avenir très proche ».

Avec ces nouveaux engagements, le carnet de commandes d’Akasa s’élève désormais à 226 avions 737 Max, avec 22 exemplaires dans sa flotte.

Dube ajoute : « Cette commande d’avions importante et historique place Akasa sur la bonne voie pour devenir l’une des 30 plus grandes compagnies aériennes au monde, d’ici la fin de cette décennie. »

La commande d’Akasa fait suite à une série d’accords conclus avec d’autres opérateurs indiens au cours des 12 derniers mois : Air India a signé pour plus de 400 avions début 2023, tandis que son collègue opérateur low-cost IndiGo a investi plus de 500 avions au salon aéronautique de Paris en juin.

Akasa fait allusion depuis un certain temps à un engagement important : en juillet, Dube a révélé l’intention de la compagnie aérienne de passer une commande de plus de 100 avions d’ici fin 2023.

La compagnie aérienne affirme que sa commande d’avions « historique » est « un témoignage de la solidité financière de la compagnie aérienne et montre la confiance de Boeing dans l’avenir d’Akasa Air ».

Akasa Air 737 Max 8_2

La famille 737 Max a été remise sous les projecteurs ces dernières semaines, après qu’un avion Max 9 d’Alaska Airlines a subi une dépressurisation rapide après qu’un bouchon de porte au-dessus d’une sortie de secours centrale désactivée ait explosé du fuselage pendant le vol.

L’avion de trois mois effectuait un vol entre Portland, dans l’Oregon, et destination la Californie du Sud, lorsque l’accident s’est produit peu après le décollage.

Un jour plus tard, les régulateurs américains ont publié une consigne de navigabilité d’urgence immobilisant les Max 9 avec de tels bouchons de porte jusqu’à ce que ces avions soient autorisés à reprendre du service. D’autres opérateurs Max 9 dans le monde ont mis le type à la terre à mesure que la peur de la sécurité se propage.

La commande d’Akasa n’inclut pas les Max 9, mais la compagnie aérienne a effectué une série d’inspections sur sa flotte de Max 8 et n’a noté aucun « résultat anormal ».

A lire également