Le bénéfice d'exploitation annuel de Pegasus Airlines diminue en 2023

La compagnie low-cost turque Pegasus Airlines a enregistré un bénéfice d’exploitation annuel de 489 millions d’euros (530 millions de dollars) en 2023, en baisse d’environ 100 millions d’euros par rapport à l’année précédente.

La réduction du bénéfice d’exploitation reflète une hausse des coûts supérieure à la croissance des revenus. Les revenus de Pegasus ont grimpé de 9 % en 2023 pour atteindre 2,67 milliards d’euros, tandis que ses coûts ont augmenté de 15 % pour atteindre un peu plus de 2 milliards d’euros.

L’augmentation des revenus reflète en partie l’augmentation de la capacité de 22 % sur l’année, aidant la compagnie aérienne à augmenter le nombre de passagers de 19 %, à près de 32 millions. Les revenus annexes ont notamment bondi de 30% à 810 millions d’euros et représentent près d’un tiers du chiffre d’affaires de la compagnie aérienne.

Alors que les bénéfices d’exploitation et avant impôts pour l’ensemble de l’année étaient tous deux en baisse, un gain d’impôts différés – reflétant les impacts inflationnistes – a contribué à une forte hausse du bénéfice net de 431 millions d’euros à 790 millions d’euros.

Pegasus prévoit d’augmenter sa capacité en termes de sièges-kilomètres disponibles de 10 à 12 % cette année. Même s’il prévoit « une tendance plutôt stable » pour les rendements, il prévoit que les revenus auxiliaires par passager augmenteront à nouveau, à des niveaux « moyens à élevés » par rapport à 2023.

Toutefois, la compagnie aérienne prévient que les perspectives de coûts restent difficiles, notamment en raison de l’inflation des salaires.

La flotte de Pegasus atteignait 110 appareils à la fin de l’année dernière, dont près de 90 sont des Airbus A320/A321neo. Elle prévoit d’acquérir 16 A321neos supplémentaires cette année, dans le cadre de son projet d’augmenter sa flotte globale à 118 d’ici fin 2024. Cela augmentera encore la part des avions de nouvelle génération dans sa flotte, puisqu’elle prévoit de retirer sept A320ceo et un Boeing 737-800 en 2024.

A lire également