Les pays de la région Asie-Pacifique envisagent une gestion plus efficace du trafic aérien

Les pays de la région Asie-Pacifique ont conclu des accords pour améliorer la gestion des vols dans la région, ce qui pourrait permettre aux avions d’exploiter des routes plus directes et plus rapides et contribuer à réduire les émissions.

Les fournisseurs de services de navigation aérienne de Chine, d’Indonésie, du Japon, de Nouvelle-Zélande, des Philippines, de Singapour, de Thaïlande et des États-Unis ont conclu un accord pour un projet Pathfinder TBO (Trajectory Based Operations), qui démontrera le TBO dans la région d’ici quatre ans. selon l’Autorité de l’aviation civile de Singapour.

L’IATA et l’OACI ont également signé l’accord.

« Dans le cadre du TBO, les ANSP travaillent ensemble pour planifier et optimiser l’intégralité de la trajectoire de vol d’un avion à travers (les régions d’information de vol), du décollage à l’atterrissage, et partager des informations, telles que sur la météo, les fermetures d’espace aérien et d’autres contraintes de trafic », explique la CAAS. .

« Cela permettra aux ANSP de gérer le trafic aérien de manière stratégique à l’avance, plutôt que de procéder à des corrections de trajectoire réactives au fur et à mesure que les informations deviennent disponibles. »

L’initiative TBO Pathfinder s’appuie sur un vol de démonstration TBO effectué plus tôt cette année impliquant l’avion Boeing 787-10 ecoDemonstrator Explorer. Ce projet a vu quatre ANSP faciliter les premières opérations multirégionales basées sur des trajectoires au monde.

CAAS, ainsi que ses homologues du Japon, de la Thaïlande et des États-Unis, étaient à l’origine du projet en coopération avec Boeing.

Outre le projet TBO Pathfinder, l’Indonésie, la Nouvelle-Zélande, Singapour, l’Organisation des services de navigation aérienne civile (CANSO) et l’IATA ont conclu un accord sur la mise en œuvre en Asie du Sud-Est-Océanie du projet Free Route Operations (FRTO). D’ici un an, les parties identifieront et valideront l’utilisation du FRTO entre des paires de villes définies.

« Dans un système (de gestion du trafic aérien) traditionnellement structuré, les avions suivent un réseau d’itinéraires prédéfinis semblables à des autoroutes dans le ciel », explique CAAS.

« Dans le cadre du FRTO, le ciel peut être traité comme une toile ouverte, où les avions ont la liberté de choisir le chemin le plus efficace et le plus efficace jusqu’à leur destination, réduisant ainsi la distance parcourue, le temps de vol, la consommation de carburant et les émissions. Cela permet une utilisation plus efficace de l’espace aérien et améliore la gestion des flux de trafic aérien.

A lire également