O'Leary : Ryanair reprendrait les premières livraisons de Max 10 si United les refusait

Le directeur général de Ryanair, Michael O’Leary, a réprimandé United Airlines pour sa position concernant le Boeing 737 Max 10, ajoutant que la compagnie aérienne irlandaise prendra en charge toutes les livraisons que la compagnie aérienne américaine choisit de ne pas prendre en charge.

O’Leary s’exprimait alors que Ryanair dévoilait ses résultats financiers du troisième trimestre, trois semaines après l’incident d’Alaska Airlines au cours duquel un Max 9 a perdu un bouchon de porte lors d’un vol en provenance de Portland.

Le patron d’United Airlines, Scott Kirby, a déclaré le 23 janvier que le transporteur avait retiré le Max 10 – pour lequel il détient plus de 230 commandes – de son planning interne, tout en soulignant que la commande n’était pas annulée.

Mais O’Leary a profité de ces remarques lors d’un briefing financier le 29 janvier, défendant le 737 Max et déclarant que les commentaires de United « n’étaient pas utiles ».

« Si United Airlines souhaite retarder ou annuler l’une de ses commandes (de 737 Max 10), Ryanair serait très heureuse de les accepter », dit-il.

O’Leary a décrit le Max comme un « excellent avion », soulignant son efficacité énergétique.

« Si United ne veut pas les prendre, Ryanair le fera certainement », dit-il, ajoutant que la compagnie aérienne à bas prix est prête à « parler à Boeing » et à accepter les Max 10 plus tôt.

Ryanair dispose de 150 Max 10 en commande ferme qui commenceront à arriver en 2027.

O’Leary reconnaît que la situation du Max 9 a mis en évidence la nécessité d’une meilleure surveillance par Boeing sur les installations de Spirit AeroSystems à Wichita et sur ses propres lignes de production à Seattle, ajoutant que Ryanair envoie des ingénieurs sur les deux sites pour surveiller la qualité.

Mais il affirme que les 12 derniers Max 8-200 livrés à Ryanair ont montré une « amélioration significative » de la qualité après avoir passé deux jours de contrôles.

Le directeur financier du groupe Ryanair, Neil Sorahan, a déclaré que la compagnie aérienne bénéficierait de « quelques années de congés » en matière de dépenses d’investissement alors que les livraisons des Max 8-200 prendraient fin, avant l’arrivée des Max 10.

Il s’attend à ce que les investissements de 2,8 milliards d’euros (3 milliards de dollars) cette année tombent à 1,3 milliard d’euros, puis à 1 milliard d’euros au cours des deux prochaines années avant le début des paiements préalables et de livraison sur le Max 10.

Cette pause générera des flux de trésorerie croissants et permettra à la compagnie aérienne de rembourser sa dette arrivant à échéance, explique Sorahan, tandis que Ryanair commencera également à vendre ses anciens 737-800 à mesure que les Max 10 arriveront.

A lire également