Un malentendu sur la voie de circulation a conduit le Cherokee à décoller au-dessus du roulage de la Saab 340 : ATSB

Un malentendu concernant les restrictions de poids sur une voie de circulation et de mauvaises communications radio ont entraîné le décollage d’un Piper PA-28 Cherokee au-dessus d’un Saab 340 au roulage.

Le grave incident s’est produit le 6 juillet après l’atterrissage du Saab 340 (VH-VED) de Link Airways sur la piste 34 de l’aéroport de Shellharbour après un vol en provenance de Brisbane, selon un rapport final du Bureau australien de la sécurité des transports (ATSB).

Après avoir atterri à l’aéroport sans tour, la Saab 340, transportant deux membres d’équipage et 13 passagers, a dû faire marche arrière en raison d’une restriction de poids sur la voie de circulation.

« Alors que l’équipage de Saab s’alignait sur la ligne médiane pour commencer son retour en arrière, ils ont observé le PA-28 rouler sur la piste vers eux », explique l’ATSB.

Incapable de contacter le PA-28, l’équipage de Saab s’est déplacé vers le bord ouest de la piste. Repérant la Saab, le pilote du PA-28 a choisi de poursuivre le décollage, passant au-dessus de l’aile de la Saab à une hauteur de 150 pieds.

L’ATSB a appris que le pilote du PA-28 – ignorant la restriction de poids sur la voie de circulation – supposait que la Saab quitterait la piste après l’atterrissage. De plus, le pilote du PA-28 n’a pas clairement déclaré à la radio qu’il entrait sur la piste, et n’a pas non plus entendu l’équipage du Saab déclarer qu’il allait faire marche arrière.

À la suite de l’incident, l’école de pilotage qui exploite le PA-28 a mis à jour ses procédures d’admission et apporté d’autres modifications, tandis que Link a révisé ses politiques et ses directives pour les opérations à Shellharbour.

VH-SFA décollage

Link a également encouragé ses membres d’équipage à se refamiliariser avec les procédures radio dans l’espace aérien non contrôlé.

« Lorsqu’ils opèrent dans un aéroport sans tour, les pilotes sont responsables du maintien de la séparation entre eux », déclare l’ATSB.

« Cette pratique d’« auto-séparation » repose sur le fait que les pilotes émettent des émissions radio claires lorsque cela est nécessaire pour éviter les conflits de circulation et prêtent attention aux transmissions effectuées par d’autres pilotes partageant le même espace aérien. En outre, une surveillance efficace est cruciale pour identifier les conflits qui pourraient ne pas être identifiés par les émissions de radio normales », ajoute l’agence.

A lire également