Boeing publiera des directives d'inspection révisées pour les bouchons de porte du 737 Max 9 alors que l'échouement se poursuit

Boeing est en train de réviser les directives émises aux compagnies aériennes concernant l’inspection des bouchons des portes de sortie de secours, et la Federal Aviation Administration devra approuver les nouvelles procédures.

C’est selon la FAA, qui affirme que les 737 Max 9 équipés de bouchons de porte resteront cloués au sol jusqu’à ce qu’ils autorisent la remise en service des avions.

La date de remise en service de ces avions reste incertaine.

« Boeing a proposé hier une première version d’instructions, qu’ils sont en train de réviser en raison des retours reçus en réponse », indique la FAA le 9 janvier. « Dès réception de la version révisée des instructions de Boeing, la FAA procédera à un examen approfondi. »

La FAA a publié le 6 janvier une consigne de navigabilité d’urgence immobilisant au sol les 737 Max 9, dans l’attente d’inspections. La commande concerne 171 avions dans le monde, a indiqué l’agence.

Ces avions sont équipés du même type de bouchons de porte de sortie de secours au milieu de la cabine que celui qui est tombé en panne sur un 737 Max 9 d’Alaska Airlines lors d’un vol le 6 janvier. Cet événement a laissé un grand trou dans la cabine de l’avion. Les pilotes ont fait atterrir l’avion à Portland sans blesser gravement les passagers ou l’équipage.

Boeing a déclaré le 8 janvier avoir publié des directives à l’intention de ses clients sur la manière de mener les inspections. Le même jour, la FAA a indiqué avoir « approuvé une méthode pour se conformer à la » consigne de navigabilité, sans préciser si elle approuvait la méthode de Boeing.

Boeing est en train de réviser ses directives, ce qui nécessitera l’approbation de la FAA. Boeing n’a pas répondu aux questions sur les révisions.

« Tous les Boeing 737-9 Max équipés d’une porte de prise resteront cloués au sol jusqu’à ce que la FAA estime que chacun peut reprendre ses activités en toute sécurité », indique l’agence. « La sécurité du public volant, et non la vitesse, déterminera le calendrier de remise en service du Boeing 737-9 Max. »

Par ailleurs, le directeur général de Boeing, David Calhoun, a déclaré le 9 janvier aux employés que l’entreprise assumerait l’entière responsabilité de toute défaillance de sa part. Boeing n’a pas spéculé sur la cause de l’incident, sur lequel enquêtent le National Transportation Safety Board et la FAA.

« Nous allons aborder cela, premièrement, en reconnaissant notre erreur. Nous allons l’aborder à 100 % et en toute transparence à chaque étape du processus », a déclaré Calhoun au personnel de Boeing lors d’une réunion ouverte à tous les employés. « Nous allons travailler avec le NTSB (qui) enquête lui-même sur l’accident pour en découvrir la cause. »

Des transporteurs tels qu’Aeromexico, Alaska, Copa Airlines, Lion Air, Turkish Airlines et United Airlines ont immobilisé leurs 737 Max 9 à la suite de ce problème.

A lire également