EDGE ouvre un îlot de test multimodal aux clients internationaux

La société de défense des Émirats arabes unis EDGE a dévoilé la première installation d’essais militaires multimodaux du monde arabe, occupant une île entière de 350 km² au large d’Abu Dhabi.

La gamme X d’EDGE peut ressembler à quelque chose de James Bondmais l’entreprise publique estime que son site insulaire sécurisé – qui comprend une zone pour faire voler des véhicules aériens sans pilote (UAV) et un champ de tir pour hélicoptères, ainsi qu’une plage d’atterrissage et un village d’entraînement à la guerre urbaine – pourrait transformer la façon dont les fabricants testent leurs produits. et les forces armées s’entraînent.

Cette décision intervient après que le groupe de défense consolidé – qui célèbre son quatrième anniversaire – a annoncé à la veille du salon aéronautique de Dubaï des participations importantes dans deux développeurs européens de systèmes aériens sans pilote dans le cadre d’une tentative d’élargir ses capacités dans ce segment.

Les travaux sur le développement de l’île d’Abu Al Abyad – à environ 1 heure de route au sud de la ville d’Abu Dhabi – ont été en cours peu après la création d’EDGE, mais ils ne sont que maintenant promus. Initialement utilisé par EDGE et l’armée des Émirats arabes unis, il sera ouvert aux clients internationaux d’ici 2025.

« Nous avons réalisé dès le premier jour que nous avions besoin d’une telle capacité aux Émirats arabes unis », explique Omar Al Zaabi, président de l’unité de soutien commercial et de mission d’EDGE.

Le site comprendra quatre zones. Les X Ranges Est et Ouest, pour le domaine aérien, comprennent des pistes de 3 800 m (12 500 pieds) et 1 200 m, ainsi que des zones de tir de missiles et d’essais de drones. Les pièces maîtresses de la zone Nord sont le littoral pour les exercices de débarquement amphibie et le village d’entraînement urbain pour l’entraînement des forces spéciales. X Range South est dédié à la propulsion aérienne et aux essais d’armes à énergie dirigée.

Une caractéristique unique, explique Al Zaabi, est que chaque zone disposera de son propre réseau de communications sécurisé et d’un espace aérien dédié pour garantir que plusieurs clients puissent l’utiliser en même temps.

Il affirme que X Range agira comme un accélérateur technologique pour EDGE et d’autres sociétés de défense des Émirats arabes unis, dans la mesure où elles seront en mesure d’évaluer les produits immédiatement plutôt que « d’attendre un créneau dans six ou huit mois » dans une installation à l’étranger.

Cependant, il s’attend également à ce que le site du Golfe soit populaire auprès des clients étrangers. « Nous avons déjà reçu de nombreuses demandes de la part d’équipementiers internationaux », dit-il. « Il est difficile de trouver un environnement aussi rigoureux pour effectuer des tests ailleurs, avec des températures supérieures à 50°C et une humidité élevée. Si vous pouvez montrer que quelque chose fonctionne ici, cela fonctionnera partout dans le monde. »

Par ailleurs, EDGE, dévoilé juste avant le salon de Dubaï 2019, poursuit son expansion. A la veille de l’événement de cette année, l’entreprise a confirmé avoir pris une participation de 50 % dans Flaris, une start-up polonaise qui développe un avion personnel monomoteur à décollage et atterrissage courts, le LAR1. Les deux sociétés prévoient de créer une coentreprise pour poursuivre le programme, y compris une version pilotée de manière autonome.

Cela fait suite à l’annonce du 6 novembre selon laquelle EDGE prendrait une décision participation majoritaire dans Anaviaun développeur suisse d’avions à décollage et atterrissage verticaux sans équipage jusqu’à 750 kg (1 650 lb).

A lire également