Joby reste en bonne position de trésorerie et atteint son seuil de rentabilité au troisième trimestre

Le développeur américain d’avions électriques Joby Aviation a pratiquement atteint le seuil de rentabilité au cours d’un troisième trimestre au cours duquel il a franchi plusieurs étapes sur la voie prévue pour lancer des opérations de taxi aérien commercial en 2025.

La start-up basée à Santa Cruz a déclaré lors de sa conférence téléphonique du 1er novembre avoir réalisé un bénéfice de 1,5 million de dollars sur le trimestre, contre une perte de 79 millions de dollars au cours de la même période de l’année dernière.

Les revenus de l’entreprise « reflètent le gain de réévaluation sur les passifs dérivés de 116 millions de dollars et les revenus d’intérêts de 13,6 millions de dollars », explique Joby.

Elle a dépensé 101 millions de dollars en recherche et développement au cours du trimestre dans le cadre de ses efforts pour la certification de son véhicule électrique à décollage et atterrissage vertical (eVTOL).

L’entreprise a perdu 398 millions de dollars au cours des neuf premiers mois de 2023.

Mais il reste dans une position relativement stable. Joby affirme que son « bilan reste le plus solide de l’industrie », un avantage significatif dans la course coûteuse au développement d’une nouvelle classe d’avions.

Au 30 septembre, Joby détenait quelque 1,1 milliard de dollars de liquidités et de placements à court terme, soit à peu près le montant dont il disposait à la même date en 2022.

Au troisième trimestre, Joby a entamé une programme d’essais en vol avec des pilotes à bord. Le directeur général JoeBen Bevirt a déclaré que les pilotes ont soumis l’avion à des manœuvres de base telles que le vol stationnaire, le suivi des axes de piste et la décélération jusqu’à un atterrissage vertical.

« Ils effectuent également des manœuvres plus complexes, comme effectuer des cercles précis autour d’un point central, ce qui est considérablement plus simple dans notre avion que dans un hélicoptère », explique-t-il.

En septembre, Joby livré le premier des neuf avions elle prévoit de le céder à l’US Air Force (USAF) dans le cadre de son contrat Agility Prime de 131 millions de dollars.

« Notre avion est devenu le premier taxi aérien électrique à être livré à l’armée de l’air et sera utilisé pour démontrer une gamme de missions logistiques, notamment le transport de marchandises et de passagers », explique Bevirt.

Beta Technologies, constructeur d’avions électriques basé au Vermont, récemment livré son premier avion eVTOL à l’armée américaine, en faisant atterrir l’un de ses types Alia à Eglin AFB en Floride.

Trois autres avions de Joby sont en cours de production dans son usine de production de Marina, en Californie, dont le premier sera livré à Edwards AFB début 2024.

L’avion sera exploité à la fois par Joby et par le personnel de l’USAF « , ce qui nous fournira une expérience opérationnelle et de formation inestimable alors que nous nous préparons au lancement du service commercial de passagers », a déclaré Bevirt.

En ce qui concerne ses progrès en matière de certification, Joby a commencé une fabrication conforme à la FAA et des tests de crédit auprès du régulateur américain de l’aviation civile.

La FAA a récemment accepté les plans de certification de Joby pour ses batteries et son système de distribution d’énergie haute tension, déclare Bevirt : « Il s’agit d’une étape d’une importance cruciale pour nous qui s’appuie sur une longue histoire de développement et de tests de batteries et nous rapproche de la certification. »

« Nous sommes ravis de concentrer désormais nos efforts sur la quatrième étape du processus de certification, où nous planifions et exécutons des tests de certification pour nos batteries et nos systèmes haute tension », déclare Didier Papadopoulos, responsable des constructeurs d’avions chez Joby.

Également au cours du troisième trimestre, Joby a révélé son intention de construire une usine de fabrication à Dayton, dans l’Ohio, où il s’est vu offrir jusqu’à 325 millions de dollars d’incitations nationales et locales pour implanter son usine de production à grande échelle.

« Le site de 140 acres que nous avons choisi à l’aéroport international de Dayton nous permettra de construire une installation capable de livrer jusqu’à 500 avions par an », a déclaré Papadopoulos. « Mais il a également le potentiel de soutenir une croissance significative au fil du temps, en fournissant suffisamment de terrain pour construire jusqu’à 2 millions de pieds carrés d’espace de fabrication. »

Joby affirme que la variante civile de son avion sera capable de transporter quatre passagers sur des voyages jusqu’à 87 milles marins (161 km) et à des vitesses allant jusqu’à 174 nœuds (322 km/h).

A lire également