Le chef de l'AAPA est optimiste quant à la reprise du trafic mais se méfie de l'impact sur la chaîne d'approvisionnement

Les problèmes persistants de chaîne d’approvisionnement affectant la livraison de nouveaux avions et les délais de maintenance de la flotte existante constituent l’un des plus grands risques potentiels pour la croissance attendue cette année parmi les compagnies aériennes de la région Asie-Pacifique.

Le directeur général de l’Association of Asia-Pacific Airlines (AAPA), Subhas Menon, a déclaré que les transporteurs de la région devraient contribuer environ à la moitié de la croissance du trafic de l’industrie mondiale cette année, alors qu’ils continuent de se reconstruire après une réouverture relativement tardive suite aux restrictions de voyage de Covid.

Les données préliminaires de l’AAPA pour 2023 montrent que le nombre de passagers des transporteurs de la région est passé de 107 millions en 2022 à près de 279 millions, soit une augmentation d’environ 160 %.

« En moyenne en 2023, en termes de demande, nous étions globalement revenus à 72 % (des niveaux de 2019) », a déclaré Menon à FlightGlobal. « En décembre, c’était 80 %.

« La reprise du trafic aurait été plus forte si les problèmes de chaîne d’approvisionnement n’avaient pas entravé la livraison en temps opportun des avions, des pièces de rechange et des pièces détachées. Il s’agit d’un problème récurrent, et pas seulement dans la région Asie-Pacifique. Mais la reprise de la région Asie-Pacifique a coïncidé avec les problèmes de chaîne d’approvisionnement. Cela empêche les chiffres de revenir à ce qu’ils étaient.

Menon souligne la forte amélioration du coefficient d’occupation des passagers, qui a grimpé de près de neuf points de pourcentage pour atteindre 80,9%. « C’est aussi fort qu’ils l’étaient avant Covid. Donc comme d’habitude. Si vous regardez les dix routes les plus fréquentées, sept d’entre elles se trouvent en Asie », dit-il.

Toutefois, le rythme de la reprise dans la région reste contrasté. « L’ASEAN est probablement déjà à 80, 85 % (des niveaux de 2019). Mais si vous parlez de l’Asie du Nord, ils sont peut-être plus proches des deux tiers de ce qu’ils étaient auparavant », explique Menon.

La Chine a été le dernier grand marché de la région à rouvrir après la pandémie, les restrictions ayant été entièrement levées en mai dernier. « La reprise chinoise a été très modérée, bien inférieure aux attentes », déclare Menon. «C’est principalement dû à des facteurs économiques. Je dirais qu’ils sont à environ 50 % de ce qu’ils étaient avant Covid.

Il note que l’autorité chinoise de l’aviation civile prévoit que le trafic de passagers du pays reviendra à 80 % des niveaux d’avant la pandémie d’ici la fin de l’année.

Même si les niveaux de fret aérien ont diminué de 3 % sur l’ensemble de l’année, ils restent toujours plus élevés qu’avant la pandémie. Notamment, après 18 mois de baisse, le trafic de fret aérien international a repris pour les transporteurs de la région depuis septembre.

Menon ajoute : « À toutes fins pratiques, cette industrie dans la région Asie-Pacifique s’est également complètement rétablie car si vous regardez les bénéfices d’exploitation, les compagnies aériennes sont à nouveau rentables et les marges sont plus ou moins là où elles étaient.

« Il y a de nombreuses raisons d’être optimiste et les compagnies aériennes travaillent dur pour garantir que la rentabilité dont elles bénéficient actuellement se poursuive dans le futur. »

A lire également