Leonardo réfléchit à l'avenir des anciennes plates-formes d'hélicoptères dans le cadre d'un plan industriel actualisé

Leonardo semble garder toutes les options ouvertes – y compris d’éventuels désinvestissements – concernant certains de ses anciens programmes d’hélicoptères.

Cela semble inclure deux plates-formes militaires dédiées – l’AW101 Merlin et l’AW159 Wildcat – produites dans l’usine de la division hélicoptères de Yeovil au Royaume-Uni, ce qui soulève de nouvelles questions sur les projets de l’entreprise pour le site.

L’incertitude quant aux intentions de l’entreprise provient d’une note en bas de page d’une diapositive présentée le 12 mars alors que le nouveau directeur général, Roberto Cingolani, présentait le dernier plan industriel quinquennal de Leonardo.

Détaillant le portefeuille de giravions du constructeur « aujourd’hui et pour l’avenir », la note de bas de page indique : « Pour les AW119, AW109, AW159/Super Lynx, une forme de gestion de la valeur sera tentée, en trouvant un partenaire/acheteur approprié. »

À court terme, peu de changements sont prévus. Le bicylindre léger AW109 est toujours considéré comme la pierre angulaire de l’offre de Leonardo pour le segment VIP, tandis qu’un ensemble d’armes est en cours de développement pour le marché militaire. L’avionneur cherchera également à profiter de la sélection du monoplace léger AW119 par l’US Navy comme futur avion d’entraînement.

Pendant ce temps, sur le Wildcat, Leonardo évaluera « l’opportunité commerciale de développements futurs », tandis que pour l’AW101, les activités actuelles comprennent la mise à niveau de la suite d’aides défensives de l’hélicoptère, des capacités de guerre anti-sous-marine et du système de contrôle de vol automatique.

Mais d’ici la fin du plan industriel en 2028, Leonardo aura réalisé pour les deux plates-formes une « évaluation de la durabilité » de leurs chaînes d’assemblage final de Yeovil, tandis que ce même processus sera également mené pour l’ensemble du programme AW159.

Les deux lignes de production sont actuellement actives, même si le carnet de commandes de Wildcat ne devrait comprendre que trois exemples pour un client nord-africain non divulgué. Les travaux de mise à niveau à mi-vie (MLU) commencent également pour plusieurs opérateurs de l’AW101, et d’autres – notamment au Royaume-Uni – sont potentiellement en préparation.

Pressé sur sa stratégie, Leonardo affirme que l’évaluation de ses produits à moyen et long terme « tiendra compte » de la combinaison de nouvelles commandes et d’activités MLU qui peuvent être capturées à partir des campagnes en cours.

« Pour certains produits existants, en plus des programmes en cours qui continuent de montrer une forte dynamique, il pourrait également y avoir des opportunités spécifiques de collaboration industrielle localisée pour des applications spécifiques sur divers marchés », indique-t-il.

Leonardo espère également que son super-moyen AW149 pourra constituer l’épine dorsale de l’avenir de Yeovil, à condition qu’il soit sélectionné par le Royaume-Uni dans le cadre de son acquisition actuelle de New Medium Helicopter.

Dans le cadre de ce programme, Leonardo établirait une chaîne d’assemblage final AW149 sur le site, desservant à la fois les marchés nationaux et d’exportation.

Le démonstrateur sans pilote Proteus en cours de développement pour la Royal Navy britannique pourrait également faire partie de l’avenir de Yeovil avec une « transition potentielle vers le produit », révèle la stratégie.

A lire également