United augmente d'un cinquième ses bénéfices au troisième trimestre grâce à une forte demande internationale

Les bénéfices nets d’United Airlines ont augmenté d’un cinquième au troisième trimestre pour atteindre 1,1 milliard de dollars, en partie grâce à une solide performance sur ses routes internationales dans les régions de l’Atlantique et du Pacifique.

Le transporteur Star Alliance a augmenté son chiffre d’affaires de 12,5 % pour le trimestre clos le 30 septembre, pour atteindre 14,5 milliards de dollars.

Cela reflète une croissance particulière des revenus du passage international, qui ont augmenté de près d’un quart pour atteindre 5,7 milliards de dollars.

United souligne des bénéfices records sur les marchés passagers de l’Atlantique et du Pacifique. Les revenus ont augmenté de 15 % sur les routes de l’Atlantique par rapport au même trimestre de l’année dernière – et de 70 % par rapport à la même période en 2019, avant la pandémie.

Le chiffre d’affaires sur les routes du Pacifique a dépassé les niveaux d’avant la pandémie au troisième trimestre, même si la capacité reste en baisse de près d’un quart par rapport aux niveaux de 2019.

Les revenus des passagers intérieurs ont grimpé de 9 %, à 7,7 milliards de dollars, pour le troisième trimestre.

Les coûts d’exploitation de United ont augmenté de près de 12 % sur le trimestre, légèrement en dessous du taux de croissance des revenus. En conséquence, le bénéfice d’exploitation du troisième trimestre a augmenté de 19 %, pour atteindre un peu plus de 1,7 milliard de dollars.

Le directeur général d’United Airlines, Scott Kirby, a déclaré : « Notre stratégie visant à diversifier nos sources de revenus, à capitaliser sur les opportunités de croissance et à innover constamment pour améliorer nos produits pour nos clients porte ses fruits. Notre stratégie United Next fonctionne et nous restons sur la bonne voie pour atteindre nos objectifs financiers.

La compagnie aérienne a cependant indiqué l’impact potentiel sur ses bénéfices au quatrième trimestre de la hausse des coûts du carburant et de la suspension de ses vols vers Tel Aviv en Israël.

Elle s’attend à ce que les revenus du quatrième trimestre soient supérieurs de 10,5 % aux niveaux de 2022, dans l’hypothèse où ses vols à Tel-Aviv resteront annulés jusqu’en octobre. Ce chiffre chuterait à environ 9 % si la suspension se poursuivait jusqu’à la fin de l’année.

De même, il prévoit un bénéfice ajusté par action pour le quatrième trimestre de 1,80 $ avec l’annulation des vols de Tel-Aviv en octobre, ou de 1,50 $ s’ils sont suspendus pour l’ensemble du trimestre.

A lire également